Inscription Newsletter

2014

2014, une année encore très riche : en rencontres, en découvertes, en transmission, en nouvelles scènes… Tout retracer ici serait vain et il y a des choses qui ne s’écrivent ni ne se regardent mais se vivent uniquement. Ici donc, ce n’est pas le meilleur ni forcément le plus important mais ce dont on a pu conserver quelques traces.

En 2014, il y a tout d’abord eu trois sorties de disques :

• « Octuorissimo » – Avec le Quatuor Arranoa – Co-produit avec le festival « 1001 Notes » et la collection créée sous son égide « Le Maître et l’Elève », « Octuorissimo » est le produit d’un travail de transmission mené par le Quatuor Debussy avec le jeune quatuor féminin basque, Arranoa. Le programme, dont le dynamisme et l’originalité n’ont cessé d’être soulignés, rassemble sur une dizaine de pistes, Astor Piazzolla, Dimitri Chostakovitch, Marc Mellits et Osvaldo Golijov.
• « Debussy / Caplet » – Avec Françoise Masset (soprano), Marielle Nordmann (harpe) et Yann Dubost (contrebasse) : une collaboration de longue date enfin matérialisée dans ce magnifique enregistrement qui lie, chose rare mais d’un grand intérêt, l’oeuvre de Debussy et celle de son élève, Caplet.
• « Schubert / Janacek » – Le Quatuor Debussy signe avec ce nouvel opus autour des « tragiques héroïnes » de la musique  le premier disque du label Evidence Classics.

En 2014, le spectacle « OPUS » présenté avec la compagnie australienne C!RCA a continué son ascension médiatique. Les retours dithyrambiques de la presse, mais aussi du public (les anglo-saxons étant particulièrement communicatifs sur les réseaux sociaux, ça se sait !) et, de fait, des professionnels qui se l’arracheraient bien, n’ont cessé depuis la création de ce spectacle, en juin 2013, pour culminer au mois de novembre dernier alors qu’Opus était présenté dans le cadre du salon international des arts vivants, le CINARS à Montréal.

 L’édition 2014 du festival « Cordes en ballade », dirigé par le Quatuor Debussy, fut un cru lui aussi purement exceptionnel tant d’un point de vue de l’affluence du public, du dynamisme qui se dégageait de chaque concert, de la générosité des artistes et de leurs interactions avec les spectateurs, de la qualité des prestations et des collaborations musicales… Quant à l’Académie d’été, elle était pleine à craquer avec près de 60 jeunes – et moins jeunes ! – d’origines diverses, de niveaux variés, de profils différents : un vrai bonheur !

Enfin, un programme d’une grande force et profondeur a refait surface lors de cette année 2014 : à la demande du Festival d’Ile-de-France, le Quatuor Debussy a ressorti de ses anciens cartons le disque qu’il avait consacré à Theresienstadt : »Le masque de la Barbarie – Des musiciens à Theresienstadt | 1941-1945″ pour concocter un programme sur mesure en hommage aux compositeurs déportés à Terezin (en savoir +). A l’occasion d’un concert très émouvant, le Quatuor Debussy s’est associé au Choeur Polysons (direction : Elisabeth Trigo) que nous vous invitons à découvrir et à suivre.

Crédits photographiques : OPUS / Justin Nicholas | Festival « Cordes en ballade » : Lapin Blanc – Laurent Bugnet